Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
bleu331.over-blog.com

............... L'aventure en images, au fil des jours, de la restauration de ma Berlinette Alpine A110 1300 S ............... ........................................... Et sa nouvelle vie depuis Mai 2014 ...................................... Création le 08 avril 2010 .. ...................................................................................................................................................................................... Participez gratuitement aux Luz'Anciennes : rassemblement pour voitures anciennes, jeunes anciennes, et autos d'exception, toutes marques, au Parc de Luzancy (77138), chaque 3 ème dimanche du mois de 10 h à 12 h de Mars à Novembre.

On rode autour de la culasse

Publié le 14 Septembre 2012 par claude in Moteur

Les sièges de soupapes ont été rectifiés, mais un léger rodage vient parfaire le tout.

On distingue bien la marque grise sur la soupape où le siège est venu en contact.

12 09 14 SV400615

 

Vient le moment du remontage des ressorts de soupapes.

Ensemble des composants : ressort extérieur, ressort intérieur, coupelle d’appui et rondelles de calage inférieures pour ressort extérieur, rondelle d’appui du ressort intérieur, coupelle supérieure, demi lune de blocage.

12 09 14 SV400618

 

A l’examen du ressort extérieur, on aperçoit des traces de frottement entre chaque spire.

Le ressort viendrait-il à spires jointives à chaque compression ?

Quel est le bien fondé des rondelles de calage (3 à l’admission et 2 à l’échappement) ?

A noter qu’elles ne sont pas prévues d’origine.

Leur utilité est peut être d’augmenter le tarage des ressorts ou bien de compenser une ancienne rectification des sièges. Cette dernière hypothèse me parait peu probable, car il s’agit quand même de 3 rondelles de 0.5 mm d’épaisseur soit 1.5 mm !

 

Quelques mesures sur les ressorts du cylindre N°1 et un rapide calcul permettent de me rassurer quelque peu.

Mesure avec l’arbre à cames 13R, actuellement monté. Sièges rectifiés.

Levée de cames : 6.3 mm

Hauteur en place du ressort avec les 3 rondelles de calage : 34.2 mm

Levée de soupape à l’admission (D’après le MR) : 10.2 mm

Hauteur à spires jointives : 22.5 mm

La hauteur du ressort pour une soupape ouverte est donc de 34.2 – 10.2 = 24 mm

Soit 1.5 mm avant la hauteur à bloc. Soit, pour ce ressort à 6 spires, environ 0.3 mm entre chaque spire.

Le ressort ne vient donc pas à spires jointives. C’est la théorie en statique !

Qu’en est-il lorsque le moteur tourne à 8000 tr/mn ??

 

Même calcul avec l’arbre à came 22 Ferry. Celui qui était monté auparavant.

Levée de cames : 6.8 mm

Avec les données précédentes sur le 13R, j’en déduis un rapport de culbuteur à l’admission de : 10.2/6.3 = 1.62

La levée des soupapes d’admission serait donc avec le 22F de : 6.8*1.62 = 11 mm

Hauteur en place du ressort avec les 3 rondelles de calage : 34.2 mm (En réalité, un peu moins, car cette cote à été prise avec les sièges nouvellement rectifiés, ce qui n’arrange pas les choses)

La hauteur du ressort pour une soupape ouverte était donc de 34.2 – 11 = 23.2 mm

Soit 0.7 mm avant la hauteur à bloc. Soit environ 0.15 mm entre chaque spire.

 

Ce ne sont que des calculs théoriques, mais ça ne m’étonne plus que les spires soient marquées. Elles devaient généreusement se toucher à haut régime !

 

Conclusion : Je laisse les rondelles de calage en place avec le 13R. Je roulerai à des régimes plus sages !

Nota : le jeu aux culbuteurs devrait diminuer le phénomène de quelques centièmes de mm.

 

Que pensent les spécialistes de cette approche aussi approximative que théorique ?

 

Avec tout ça, je n’avance pas bien vite sur le remontage !!!

Commenter cet article

Gordi95 25/09/2012 11:27

Bonjour,
oui pour les SB, la logique veut que ce soit grande encoche en haut, petite en bas. En fait, sur la partie métallique, y'a aussi une encoche qui est inversée sur les nouvelles fabrications par
rapport aux originaux. Il faut se fier à la partie caoutchouc.

claude 25/09/2012 17:15



Bonjour et merci pour toutes ces précisions



Gordi95 24/09/2012 17:16

Re,
ne sachant pas modifier mon message, j'en fais un nouveau...je parle de la traverse moteur sur lequel repose le bloc et fixée de chaque côté avec les SB (attention au sens d'ailleurs, les
refabrications étant à l'envers au niveau de l'encoche!)

claude 24/09/2012 21:22



A propos des SB, j'ai mis l'encoche la plus large en haut, avec des anciens, me trompe-je ?



Gordi95 24/09/2012 17:06

Re,
sur la gord, je l'ai toujours passé dessus (encore fait vendredi !), mais ça se fait aussi par dessous (l'ai vu faire) dans les 2 cas avec la traverse monté.
Pour la berlinette, la première fois, on était 2 et on l'a sorti dessous mais de mémoire, la traverse passait pas, du coup, je l'ai démonté (2 écrous à retirer). Quand j'ai refait le moteur en
début d'année...je me suis dit qu'il devait passer par le haut et il sort effectivement en le mettant de travers (fait seul, mais avec une chèvre!!).
La berlinette est une 1100 passée en 1300 par l'usine, mais je pense que le chassis à l'arrière est le même.

claude 24/09/2012 20:24



Le berceau fait 600 mm hors tout. Le passage entre les supports fait 610 mm. C'est large comme jeu pour une Berlinette  



Gordi95 24/09/2012 15:11

Bonjour Claude,
très bon sujet ...que je viens de relire. Par contre, la traverse moteur passe par dessous ?
La première fois que j'avais déposé le moteur, je l'avais sorti par dessous et j'avais du enlever la traverse.
La seconde, passé par dessus et aussi enlevé la traverse !!

claude 24/09/2012 15:46



Salut et merci pour ton inscription aux "avis pour nouvel article".


Tu es mon 34 ème fidèle lecteur inscrit.


Tu m'inquiètes avec ta question. C'est bien comme ça que l'on fait sur la Gord. ? Par contre, je n'aurais jamais imaginé que l'on puisse sortir le moteur par le dessus de la Berlinette
!!! Sauf si la jupe arrière est démontable.


Je file tout de suite vérifier ça


Suite: Bon, après expertise, je pense que ça devrait pouvoir passer. Peut-être un peu en travers, en légère glissade du train arrière ... Berlinette oblige  Mais, je réalise, tu me parle bien de la traverse arrière, et pas du berceau moteur ??



luc 15/09/2012 10:23

salut Claude toujours aussi interressant ton blog mais je tiens a te mettre en garde contre toi meme quand tu dis je roulerai plus sagement, les courses maintenant c' est au supermarché etc bien de
bonnes intentions en somme
je te mets au defi de suivre ce que tu dis lorsque ta voiture sera fonctionnelle je pense que le pied droit aura quand meme l envie de chatouiller quelque peu l accelerateur ... ;-)

claude 15/09/2012 22:44



Voici, en résumé, ce que dit Wikipédia au sujet d'Émile Coué de la Châtaigneraie: Psychologue et pharmacien français, né le 26 février 1857 à Troyes et mort le 2 juillet 1926 à Nancy,
auteur d'une méthode de guérison fondée sur l'autosuggestion (la méthode Coué). Je tentais, par cette méthode, de me soigner d'une grave maladie appelée Alpinite chronique. Après
tes propos, je viens de comprendre que celle ci était incurable. Merci de m'avoir ouvert les yeux. J'accepte maintenant mon handicap! A quand l'Alpine aux jeux olympiques ? Je serai prêt pour Rio
en 2016 !


 


 



Hervé 14/09/2012 21:26

Salut Claudius,
moi je trouve que cela avance bien, c'est tjs aussi bien narré et passionnant.

Je suis du même avis que toi, vu le futur usage il ne sert à rien de prendre le risque de casser un ressort ou pire tordre une queue de soupape.
il semble que la prépa. de ce genre permettait de garder le contact avec l'arbre à cames dans les hauts régimes mais peut-etre que les ressorts devaient etre changés souvent afin d'éviter leur
casse.
Il aurait été mieux d'utiliser un coef. de raiseur supérieur augmentant ainsi les contraintes maxi. admissible mais peut-etre que les nuances d'acier de l'époque ne le permettaient pas ou étaient
trop chers comparé à des remplacements fréquent des originaux calés.

En compétition la maintenance et l'entretien ont une fréquence élévé (donc le coût aussi).
Je me souviens de moteurs 2 temps en motocross avec remplacement des segments à chaque course , de piston toutes les 3 courses et des roulements de vilebrequin/bielle toutes les 2 courses...
onéreux pour rester tjs au top des performances.

Bon courage cher Claudius.
A bientôt.
RV

claude 14/09/2012 22:59



Salut RV, tu as compris que, pour moi, toutes ces mesures n'ont pas pour but de réaliser une préparation moteur, mais simplement de comprendre et de fiabiliser au maximum. J'aurais peut-être dû
changer les ressorts et supprimer le calage pour dormir sur mes deux oreilles, mais, diable,  ça reste encore une auto de courses !!! Bien que les seules courses que je ferai
maintenant seront au super marché du coin !!    J'essaierai de ne pas affoler le compte tour
..... ! Promis