Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
bleu331.over-blog.com

............... L'aventure en images, au fil des jours, de la restauration de ma Berlinette Alpine A110 1300 S ............... ........................................... Et sa nouvelle vie depuis Mai 2014 ...................................... Création le 08 avril 2010 .. ...................................................................................................................................................................................... Participez gratuitement aux Luz'Anciennes : rassemblement pour voitures anciennes, jeunes anciennes, et autos d'exception, toutes marques, au Parc de Luzancy (77138), chaque 3 ème dimanche du mois de 10 h à 12 h de Mars à Novembre.

Remontage moteur, La Culasse, Les Soupapes, La Culbuterie

Publié le 18 Septembre 2012 par claude in Moteur

Après tous ces calculs, reprise du remontage du haut moteur.

 

La culasse est équipée des soupapes et des ressorts.

12 09 17 SV400621

 

C’est la première fois que je monte un joint de culasse avec de la pâte à joint.

J’ai utilisé un joint de culasse « neuf » de plus de trente ans. Ça c’est la première fois aussi ! Cela valait bien un petit coup de main en ajoutant une couche de pâte à joint Loctite 3020 de part et d’autre.

12 09 17 SV400626

 

Une partie des composants des rampes de culbuteurs.

12 09 17 SV400623

 

Le tout remonté et serré au couple préconisé.

Montage également du pignon de distributeur, qui se cache dans le bloc entre les deux pipes d’admission.

Il faudra déposer la pipe d’admission des cylindres 3 et 4 car je ne peux plus maintenant poser la vis de la bride du pied de distributeur. Dommage tout était bien aligné !

Réglage du jeu aux culbuteurs.

J’ai maintenant la possibilité de vérifier le jeu réel entre les spires des ressorts extérieurs : 0.8 à 0.9 mm à l’échappement, 0.5 à 0.6 mm à l’admission. Soit un peu plus que mon calcul théorique. Tant mieux.

12 09 18 SV400627

 

Une petite finition au passage, par la pose de la plaque de fermeture en bout d’arbre à cames.

Pâte à joint dans l’alésage, montage serré par frappe au centre de cette plaque de forme bombée, cordon d’araldite pour la sécurité comme c’était réalisé avant démontage.

Si ça fuit, ce sera bien comble de malchance ! 

12 09 18 SV400628

Commenter cet article