Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
bleu331.over-blog.com

............... L'aventure en images, au fil des jours, de la restauration de ma Berlinette Alpine A110 1300 S ............... ........................................... Et sa nouvelle vie depuis Mai 2014 ...................................... Création le 08 avril 2010 .. ...................................................................................................................................................................................... Participez gratuitement aux Luz'Anciennes : rassemblement pour voitures anciennes, jeunes anciennes, et autos d'exception, toutes marques, au Parc de Luzancy (77138), chaque 3 ème dimanche du mois de 10 h à 12 h de Mars à Novembre.

Test et étalonnage de la JCAP

Publié le 26 Janvier 2012 par claude in Réservoir

Cet article est principalement destiné à ceux qui ont décidé d’installer une jauge à essence capacitive sur leur auto. Pour les autres, la lecture est toutefois fortement recommandée, mais elle risque d’être un peu soporifique …

Les conseils qui suivent ont été fournis par « Maître PhL », bien connus de tous les FARnautes, à l’origine de cette jauge.

 

Lorsque votre jauge est confectionnée, il faut d’abord la tester.

Il faut être équipé d’un multimètre permettant, entre autres, de mesurer les capacités des condensateurs.

Si vous êtes comme moi et que vous n’en avez pas, achetez en un !

Multimètre 2000 points multi-fonctions R-L-C Réf. 95.4480, chez Selectronique.fr environ 30 Euros avec les frais de port.

Le premier test permet de vérifier la bonne isolation entre les deux armatures de la jauge en mesurant la résistance entre les deux tubes dans l’air. Elle doit être infinie.

Cette résistance doit rester infinie lorsque la jauge est plongée dans l’essence.

Le deuxième test consiste à vérifier le bon fonctionnement de la jauge en mesurant la capacité du condensateur réalisé.

D’abord dans l’air, la capacité devra être de l’ordre de 100 picofarads. Dans mon cas, elle est de 130 pF. Ensuite, en la trempant progressivement dans l’essence, on doit voir monter la valeur de la capacité, jusqu’à 240 pF lorsque la jauge est complètement immergée en ce qui concerne ma jauge.

12 01 20 SV400233

 

Lorsque tout ceci est correct, on peut mettre la jauge en place définitivement sur le réservoir.

Dans le cas d’un réservoir métallique, ne pas oublier d’isoler les tubes en plaçant un morceau de durit caoutchouc en bout de jauge, s’il y a un risque que celui-ci touche au fond du réservoir. Vérifier l’isolement électrique entre la jauge et le réservoir après montage.

 

Contre plaque intérieure avec son joint

12 01 23 SV400234

 

Jauge équipée des morceaux de durit d’isolation, dans le fond et au passage de la cloison centrale.

12 01 23 SV400235

 

Vérification de la mesure de la capacité dans l’air après montage de la jauge.

Variation de quelques pico farads. Attention, fermez les portes, parce qu’un picofarad, ça ne pèse pas lourd. Rappelons qu’1 pF c’est un millionième de millionième de Farad. (10 puissance -12)

Aucune influence sur notre besoin d’Alpiniste basique…

12 01 23 SV400236

 

Juste pour le plaisir, je me suis « amusé » à remplir le réservoir, 1.5 litre par 1.5 litre, en relevant la capacité en sortie de jauge.

On constate, que la jauge commence à être « active » à partir de 12 litres ajoutés, et bien que le volume total du réservoir soit d’environ 41 litres, la jauge sature à 39 litres car elle est alors complètement immergée.

Ceci confirme mes premières mesures faite avec de l’eau (voir articles précédents).

On remarque une caractéristique parfaitement linéaire (le miracle est à nouveau vérifié …), les points d’étalonnage théoriques seront donc de 12 l pour le « zéro » jauge, 18.5 l pour le premier quart du volume géré par la jauge, 25.5 l pour la moitié, 32.25 l pour les trois quart et 39 l pour le plein.   

 

Graphique des valeurs capacitives, jauge montée

 

Voilà, il restait à faire l’étalonnage du boîtier électronique, ce qui a été assuré sous la direction de PhL, Maître es’JCAP (entre autres …).

 

Pour la procédure, je vous renvoie au site de PhL, où, si vous êtes intéressé, vous trouverez tous les détails en la matière : http://a110a.free.fr/SPIP172/article.php3?id_article=29 .

Toutefois, attention, il existe deux types de cadrans-jauge, suivant les compteurs, qui nécessitent deux programmations différentes. Le mien, cadran à chiffres blancs, est dit « inversé » dans la procédure. Il faut utiliser la version de programme : JcapLED11210INV

Pour reconnaître ce modèle, il suffit de brancher uniquement la masse sur le compteur et le + du cadran jauge sans connexion de la jauge. L’aiguille se bloque alors sur la graduation 4/4.

 

 

Je rappelle les coordonnées où vous pouvez acheter le kit électronique (49 Euros):

Sté Perlor, Mr Pericone 24 rue du Ruisseau, 93100 Montreuil

Téléphone 01 48 58 78 36 et 06 35 33 39 69

 

Kit électronique câblé prêt à être installé. (A positionner le plus près possible des tubes jauge)

12 01 26 SV400237

 

Maintenant, il suffit d’installer le réservoir et la jauge dans l’auto.

A bientôt pour la suite 

 

Commenter cet article

Victor 01/01/2015 16:15

Bonjour,

Tout d'abord bravo pour ce superbe projet ! Et le blog est vraiment très bien fait et ultra renseigné!
J'ai cependant une petite question : comment se fait-il que la JCAP ne devienne active qu'à environ 12 L ?
Cela signifie que la jauge n'est pas capable de mesurer des différence de capacité lorsque le niveau de fluide est très bas ?

Autre petite question, en quel matériau est faite la bague de séparation des 2 tubes concentriques de la JCAP ?

Merci beaucoup!

Claude 25/01/2015 21:24

Bonjour Victor,
Je t'ai répondu sur ta messagerie perso. le 14/01/2015 à 14h28 !!
Tu dois avoir effectivement quelque chose qui fonctionne mal sur ta MP.
Je te réachemine le message. Dis moi si tu l'as bien reçu.
Claude

Victor 25/01/2015 12:16

Je n'ai rien reçu sur ma messagerie perso, m'as tu envoyé quelque chose ou pas encore ?

Claude 14/01/2015 14:06

C'est Overblog !!! Rien de fiable !!!!
Par ailleurs, ils viennent encore de me supprimer certains de mes lecteurs inscrits ....
Je te répond sur ta messagerie perso.
Claude

Victor 11/01/2015 10:23

PS: J'ai bien reçu ton message par mail l'autre jour, mais toujours aucune notification lorsque tu réponds aux commentaires...

Victor 11/01/2015 10:21

Bonjour!
Merci pour toutes ces informations! En fait je suis étudiant en 2ème année de prépa et j'effectue un projet de sciences industrielles pour mes concours. Je me suis lancé dans l'étude de telles jauges capacitives, et notamment leur application en aéronautique.

Tu as été parfaitement clair dans tes explications, merci! J'ai entrepris de faire ta méthode de bague pour bien caler le cylindre intérieur, mais je n'ai pas réussi... En fait, j'ai pris une rondelle de bois du bon diamètre mais je ne suis pas parvenu à la percer bien au milieu. Comment avais-tu fais pour réaliser des bagues en plastique aux dimensions exactes ? C'est mon plus gros problème actuellement...

Autre chose, mon cylindre intérieur est en fait un cylindre plein, penses-tu que cela fonctionnera quand même ?

Bon dimanche!
Victor

Claude 06/01/2015 21:51

J'ai retrouvé !
5 trous de Ø 3.5
C'est écrit ici : http://bleu331.over-blog.com/article-la-jauge-capacitive-61712828.html

Claude

Claude 06/01/2015 21:29

En ce qui concerne le bout de durit,
regarde bien les photos du réservoir sur le blog.
Il est formé de deux volumes, l'un supérieur et l'autre inférieur décalé vers l'avant. Chaque volume a un fond complet ou partiel pour le volume supérieur.
La jauge touche le fond du volume supérieur et ne plonge pas dans le volume inférieur, c'est pour ça qu'il existe une "réserve" basse d'environ 12 litres constituée par le volume inférieur + la quantité d'essence dans le fond du volume supérieur nécessaire pour atteindre le début de la zône de mesure de la jauge.
Je ne sais pas si je suis bien clair ??

Quelle sera l'utilisation de ta jauge ? Est ce pour monter sur un réservoir de Berlinette ?

Cordialement
Claude

Claude 06/01/2015 19:33

Pour les petits trous,
le nombre et le diamètre importent peu. J'ai dû en percer 4 ou 5. L'important, c'est d'en percer un suffisamment haut pour assurer le bon remplissage du tube sans emprisonner de l'air quand le réservoir est plein et un suffisamment bas pour bien vider le tube quand le réservoir est vide. La difficulté réside également à effectuer un bon ébavurage des trous à l'intérieur du tube extérieur.

Claude 06/01/2015 19:22

Pour la bague, je ne me suis pas bien expliqué.
Dans le bas des tubes, j'ai d'abord placé la bague en plastique qui permet de centrer le tube intérieur par rapport à celui extérieur. J'ai enfoncé cette bague d'environ 5 mm plus profond que le bout des tubes. L'espace dégagé entre les deux tubes a été rempli d'Araldite, créant ainsi une deuxième bague jusqu'au bout des tubes.Si je dis m'être servi de la bague en plastique que pour la fabrication de la jauge, c'est pour maintenir les deux tubes concentriques le temps de réaliser le coulage de l'Araldite. Il serait possible de supprimer cette bague plastique si on pouvait l'extraire par l'autre côté des tubes. La bague en Araldite ferait seule le travail. En fait, les deux bagues restent en place, sauf si la bague plastique ne supporte pas d'être à long terme plongée dans l'essence, ne pouvant donc plus assurer sa fonction. Ce serait alors la bague en Araldite qui, seule, maintiendrait l'isolation entre les deux tubes.

Claude 06/01/2015 19:03

Bonsoir Victor,
Tout d'abord, tu aurais dû effectivement recevoir une notification d'Overblog ! Je viens d'en recevoir une pour ton dernier message. As-tu bien renseigné ton adresse mail ?
Ce message pour vérifier si cette fois tout fonctionne. Je te répond plus longuement sur le reste un peu plus tard.
A bientôt
Claude

Victor 06/01/2015 18:14

Bonjour Claude et merci pour cette réponse si rapide. De mon coté, je m'attendais à recevoir une notification d'Overblog par mail mais rien, et je ne vois donc ta réponse qu'aujourd'hui...

Je te souhaite de même une excellente année 2015 !

Je suis en train de mettre au point une telle jauge, d'où ma curiosité sur le sujet !

Je ne comprends pas très bien quand tu dis que tu ne t'es servi de la bague uniquement pour la fabrication de la jauge ? Car même après la fabrication, la bague sert tout de même à maintenir l'écartement constant entre les électrodes, ce qui est indispensable, et sans les 2 bagues il n'y rien qui joue ce rôle, si ?

Aussi, je n'arrive pas bien à voir sur la photo, combien de petits trous as-tu percé sur le cylindre extérieur pour permettre à l'essence de s'écouler ?

Et dernière petite question : dans un autre article, tu mentionnes "En bout du tube extérieur (Ø9x8.1), un morceau de durit essence pour l’isoler du fond du réservoir."
A quoi sert cette durite étant donné que la jauge ne touche pas le fond du réservoir ?

Merci encore,
Victor

Claude 01/01/2015 19:03

Bonjour Victor et merci pour le commentaire !
Pour les 12 litres, la raison est simple : la forme assez compliquée du réservoir ne me permet pas de descendre la jauge jusqu'au fond. Il reste 12 litres non gérés par la jauge qui constitue une "vraie" réserve.
Pour la bague, je l'ai faite en plastique dont je ne connais pas la matière exacte. Au cas où elle viendrait à se dégrader, je ne me suis servi de cette bague uniquement pour la fabrication de la jauge. La longueur de la bague fait environ 5mm et je l'ai enfoncé entre les tubes d'environ 10mm. Les 5mm restant libres sont remplis d'Araldite, ce qui forme une deuxième bague par dessus le première. Je n'ai jamais démontée, je n'ai donc pas de retour d'information sur la tenue du plastique et de l'Araldite dans l'essence.
Pour info, je n'ai jamais réussi à faire fonctionner cette jauge correctement. Je me replongerai plus tard sur le sujet ! Je me sers de la baguette jauge type 2CV !! De plus, la nourrice de 5 litres est toujours dans le coffre.
A ton service si tu as besoin de plus de renseignements que je puisse te donner.
Je te souhaite une très bonne année 2015.
Claude