Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
bleu331.over-blog.com

............... L'aventure en images, au fil des jours, de la restauration de ma Berlinette Alpine A110 1300 S ............... ........................................... Et sa nouvelle vie depuis Mai 2014 ...................................... Création le 08 avril 2010 .. ...................................................................................................................................................................................... Participez gratuitement aux Luz'Anciennes : rassemblement pour voitures anciennes, jeunes anciennes, et autos d'exception, toutes marques, au Parc de Luzancy (77138), chaque 3 ème dimanche du mois de 10 h à 12 h de Mars à Novembre.

Articles avec #reservoir catégorie

Réétalonnage de la JCAP

Publié le 27 Mars 2012 par claude dans Réservoir

Rafraîchissez vous d’abord la mémoire en retournant voir cet article sur le même sujet : http://bleu331.over-blog.com/article-test-et-etalonnage-de-la-jcap-97945177.html

 

A la suite des différents essais d’étalonnage que j’avais réalisé avec la sonde de jauge, directement placée dans le réservoir, je n’avais jamais réussi à obtenir un résultat correct au niveau du cadran. L’aiguille marquait, par exemple ½ réservoir, quand celui-ci était plein. 

Alors quel était le problème ? L’électronique, le cadran, la sonde, le réservoir, l’étalonnage,

Il fallait tester chacun des éléments en les isolant dans différents essais.

Le premier essai a été de refaire un étalonnage avec une autre électronique qui avait fait ses preuves par ailleurs. Le résultat a été identique, donc ma propre électronique était hors de cause. Alors était-ce le réservoir, métallique, qui perturbait l’étalonnage ?

J’ai donc fait un deuxième essai en isolant la sonde du réservoir. La sonde est immergée dans un récipient en verre et on reprend l’étalonnage avec ma propre électronique.

12 03 27 SV400337

 

De cette manière, le résultat est satisfaisant. L’étalonnage s’effectue sans incident et les résultats au cadran sont cohérents.

La proximité du réservoir semble avoir une  influence évidente sur l’étalonnage, mais aura-t-elle un effet sur le fonctionnement ?

Après remontage de la sonde sur le réservoir et de l’électronique préalablement étalonnée, je remplis à nouveau le réservoir progressivement, puis je le vide tout aussi progressivement et je découvre que tout fonctionne parfaitement !!! ???

Voilà donc la jauge en état de fonctionnement, sans trop savoir pourquoi le réservoir aurait de l’influence sur l’étalonnage et pas sur le fonctionnement.

Peut-être connaîtrai-je la raison un jour ?

 

Pour mémoire, je me note ci après la procédure effectuée avant l’étalonnage externe.

Connaissant la capacité totale du réservoir (environ 41 litres), décider du « découpage » à effectuer pour les différents points d’étalonnage.

S’assurer du vidage du réservoir avec la pompe électrique de l’auto (j’estime qu’il reste toutefois environ 2 litres non ‘pompable’).

Les points d’étalonnage seront les suivants :

+ 15 l pour obtenir le zéro jauge

+ 6 l pour le premier quart

+ 6 l pour le demi

+ 6 l pour les ¾

+ 6 l pour le plein.

Soit 41 litres.

Mesurer, en sortie de sonde, la capacité électrique obtenue pour chaque niveau dans le réservoir.

Mes résultats :

sonde à sec : 126 pF

zéro sonde : 142 pF

premier quart : 167 pF

demi : 193 pF

troisième quart : 219 pF

quatrième quart : 240 pF

 

Après installation de la sonde dans le récipient en verre, repérer chaque niveau lorsqu’on obtient les bonnes valeurs de capacité électrique.

Rebrancher l’électronique et effectuer l’étalonnage de la sonde.

 

Voilà une journée passée à respirer les bonnes odeurs … du printemps revenu…

commentaires

Pompe en place

Publié le 7 Février 2012 par claude dans Réservoir

La pompe à essence est opérationnelle.

Le câblage électrique est effectué en direct, de manière à ce que la pompe soit sous tension à la mise en route à la clé de contact, comme à l’origine.

Je me demande maintenant, s’il n’aurait pas été intéressant d’ajouter un interrupteur pour couper la pompe quand le contact est mis. Je verrai à l’utilisation s’il s’avère y avoir un besoin et ce sera peut-être une future amélioration.

J’ai ajouté un petit filtre de conduite en supplément à celui qui se trouve déjà dans la pompe.

Le montage est un peu « en l’air », mais le filtre est léger, assez haut et, en partie, protégé par le passage de roue.

Au moment des finitions, il restera à étancher le passage du raccord du réservoir au travers de la cloison et à poser la durit de sortie jusqu’aux Weber.   

 

12 02 06 SV400245

commentaires

La pompe à essence électrique

Publié le 31 Janvier 2012 par claude dans Réservoir

La journée d’hier a été consacrée à la remise en état de la pompe électrique.

Pompe Bendix ELMIRA d’origine (au moins depuis 1973).

12 01 31 SV400241 

Après un test de fonctionnement électrique, en route pour un grand nettoyage extérieur …

12 01 31 SV400240

 

La zone intérieure que l’on peut ouvrir est parfaite, sans aucune trace d’oxydation. Un nettoyage du filtre et du couvercle est juste nécessaire, pour supprimer les impuretés stoppées. C’est la première fois que j’ouvre le filtre pour le nettoyage.

 

Belle qualité du matériel, vieux de quarante ans, qui a passé quelques années sous l’auto sans aucune protection aux projections !!!

12 01 31 SV400238

 

Un petit coup de peinture, et la pompe est prête à remettre en place.

12 01 31 SV400244

 

commentaires

Test et étalonnage de la JCAP

Publié le 26 Janvier 2012 par claude dans Réservoir

Cet article est principalement destiné à ceux qui ont décidé d’installer une jauge à essence capacitive sur leur auto. Pour les autres, la lecture est toutefois fortement recommandée, mais elle risque d’être un peu soporifique …

Les conseils qui suivent ont été fournis par « Maître PhL », bien connus de tous les FARnautes, à l’origine de cette jauge.

 

Lorsque votre jauge est confectionnée, il faut d’abord la tester.

Il faut être équipé d’un multimètre permettant, entre autres, de mesurer les capacités des condensateurs.

Si vous êtes comme moi et que vous n’en avez pas, achetez en un !

Multimètre 2000 points multi-fonctions R-L-C Réf. 95.4480, chez Selectronique.fr environ 30 Euros avec les frais de port.

Le premier test permet de vérifier la bonne isolation entre les deux armatures de la jauge en mesurant la résistance entre les deux tubes dans l’air. Elle doit être infinie.

Cette résistance doit rester infinie lorsque la jauge est plongée dans l’essence.

Le deuxième test consiste à vérifier le bon fonctionnement de la jauge en mesurant la capacité du condensateur réalisé.

D’abord dans l’air, la capacité devra être de l’ordre de 100 picofarads. Dans mon cas, elle est de 130 pF. Ensuite, en la trempant progressivement dans l’essence, on doit voir monter la valeur de la capacité, jusqu’à 240 pF lorsque la jauge est complètement immergée en ce qui concerne ma jauge.

12 01 20 SV400233

 

Lorsque tout ceci est correct, on peut mettre la jauge en place définitivement sur le réservoir.

Dans le cas d’un réservoir métallique, ne pas oublier d’isoler les tubes en plaçant un morceau de durit caoutchouc en bout de jauge, s’il y a un risque que celui-ci touche au fond du réservoir. Vérifier l’isolement électrique entre la jauge et le réservoir après montage.

 

Contre plaque intérieure avec son joint

12 01 23 SV400234

 

Jauge équipée des morceaux de durit d’isolation, dans le fond et au passage de la cloison centrale.

12 01 23 SV400235

 

Vérification de la mesure de la capacité dans l’air après montage de la jauge.

Variation de quelques pico farads. Attention, fermez les portes, parce qu’un picofarad, ça ne pèse pas lourd. Rappelons qu’1 pF c’est un millionième de millionième de Farad. (10 puissance -12)

Aucune influence sur notre besoin d’Alpiniste basique…

12 01 23 SV400236

 

Juste pour le plaisir, je me suis « amusé » à remplir le réservoir, 1.5 litre par 1.5 litre, en relevant la capacité en sortie de jauge.

On constate, que la jauge commence à être « active » à partir de 12 litres ajoutés, et bien que le volume total du réservoir soit d’environ 41 litres, la jauge sature à 39 litres car elle est alors complètement immergée.

Ceci confirme mes premières mesures faite avec de l’eau (voir articles précédents).

On remarque une caractéristique parfaitement linéaire (le miracle est à nouveau vérifié …), les points d’étalonnage théoriques seront donc de 12 l pour le « zéro » jauge, 18.5 l pour le premier quart du volume géré par la jauge, 25.5 l pour la moitié, 32.25 l pour les trois quart et 39 l pour le plein.   

 

Graphique des valeurs capacitives, jauge montée

 

Voilà, il restait à faire l’étalonnage du boîtier électronique, ce qui a été assuré sous la direction de PhL, Maître es’JCAP (entre autres …).

 

Pour la procédure, je vous renvoie au site de PhL, où, si vous êtes intéressé, vous trouverez tous les détails en la matière : http://a110a.free.fr/SPIP172/article.php3?id_article=29 .

Toutefois, attention, il existe deux types de cadrans-jauge, suivant les compteurs, qui nécessitent deux programmations différentes. Le mien, cadran à chiffres blancs, est dit « inversé » dans la procédure. Il faut utiliser la version de programme : JcapLED11210INV

Pour reconnaître ce modèle, il suffit de brancher uniquement la masse sur le compteur et le + du cadran jauge sans connexion de la jauge. L’aiguille se bloque alors sur la graduation 4/4.

 

 

Je rappelle les coordonnées où vous pouvez acheter le kit électronique (49 Euros):

Sté Perlor, Mr Pericone 24 rue du Ruisseau, 93100 Montreuil

Téléphone 01 48 58 78 36 et 06 35 33 39 69

 

Kit électronique câblé prêt à être installé. (A positionner le plus près possible des tubes jauge)

12 01 26 SV400237

 

Maintenant, il suffit d’installer le réservoir et la jauge dans l’auto.

A bientôt pour la suite 

 

commentaires

Courbe de remplissage du réservoir

Publié le 6 Janvier 2012 par claude dans Réservoir

Dans le but d’effectuer l’étalonnage de la jauge capacitive, j’ai tracé la courbe de remplissage du réservoir.

Après avoir réalisé l’étanchéité basse de l’orifice de sortie en découpant un joint caoutchouc, j’ai remplis avec de l’eau, par bouteille de 1.5 litre, en mesurant le niveau obtenu à chaque ajout d’une nouvelle bouteille.

12 01 05 SV400220

 

Mesure effectuée dans un premier temps avec une jauge en bois, puis avec un mètre pour le volume supérieur quand le niveau est arrivé au dessus de l’orifice de remplissage.

12 01 05 SV400221

 

12 01 05 SV400222

 

Les résultats :

D’abord, contre toute attente, j’ai obtenu une caractéristique parfaitement linéaire, ce qui n’était pas facilement prévisible à cause des différentes formes de l’enveloppe.

Le miracle c’est accompli, sans doute que les formes convexes et les formes concaves se sont  compensées les unes aux autres ?

Toujours est-il que ce résultat va dans le bon sens pour la précision de la jauge qui elle, suit une interpolation linéaire entre chaque point d’étalonnage.

Courbe de remplissage du réservoir

 

Les points remarquables :

Il a fallu 8 litres pour arriver au niveau du fond intérieur du volume principal (face qui repose sur la table sur la première photo) et pouvoir commencer à mesurer une hauteur d’eau.

Douze litres ont été nécessaires pour atteindre le bout de la jauge car elle ne repose pas sur le fond. Je considère arbitrairement que ce sera le niveau zéro de la jauge, où elle devrait commencer à être fonctionnelle.

Ce volume de 12 litres représentera la réserve lorsque la jauge sera à zéro.

Dans la pratique, il faudra l’oublier et refaire le plein au « zéro jauge », sinon la réserve ne sera plus une « vraie » réserve!

Si l’on considère que le plein ne sera pas réalisé totalement et que la crépine d’aspiration ne se situe pas tout à fait au fond du réservoir, le volume total consommable, avant la panne sèche,  devrait se situer aux alentours de 40 litres.

La jauge va donc gérer 29 litres sur les 41 litres possible environ.

Ce volume peut être divisé en quatre parties égales, puisque la courbe est linéaire. On obtient ainsi les 4 points nécessaires pour l’étalonnage de la jauge. Il faudra ajouter 19, 26.5, 34 et 41 litres, réserve comprise, pour obtenir la correspondance avec les graduations ¼, ½, ¾, 4/4 du cadran au tableau de bord.

Voilà il reste simplement à effectuer l’étalonnage de l’électronique de la jauge directement dans le réservoir en ajoutant les volumes ci-dessus.

Une petite difficulté cependant, l’étalonnage ne se fait plus avec de l’eau, mais …avec de l’essence, qui seule permet de faire fonctionner la jauge.

Défense de fumer !!!

commentaires

Fabrication terminée pour le réservoir

Publié le 19 Décembre 2011 par claude dans Réservoir

Mise en situation du réservoir dont la fabrication est terminée.

Tout tombe parfaitement en place : tube de remplissage, orifice de sortie vers la pompe à essence électrique, fixation haute et basse.

La prochaine étape va être la réalisation de la partie électronique de la jauge et de son étalonnage sur le cadran situé dans le tachymètre. Etalonnage effectué directement dans le réservoir en dehors de l’auto.

Je pourrai seulement ensuite terminer sa mise en place, son calage, et sa fixation définitive.

 

Notez l’énorme place qu’il reste derrière le siège conducteur, pour y loger … un petit sac à bagages.

 

11 12 17 SV400197

commentaires

Le réservoir ; tubes et fixations

Publié le 4 Octobre 2011 par claude dans Réservoir

Non, je n’ai pas disparu du blog !

Simplement un peu occupé à soigner ma propre vieille carcasse, ce qui entame un peu le courage à se mettre la tête dans l’auto …

Revenons en à des choses plus importantes : la suite de la réalisation du réservoir.

 

J’ai abandonné l’idée de faire la fixation par collage, car j’ai enfin trouvé une solution pour réaliser des pattes de fixations soudées qui ne se verront pas après la pose de la sellerie.

 

Je les ai maquettées, comme vous pouvez le voir sur les photos suivantes :

 

Une cornière basse fixée au plancher

11 10 02 SV400062

 

Une plaque haute, soudée à l’arrière du réservoir et fixée sur la plage arrière

11 10 02 SV400064

 

On peut également voir sur cette photo, la modification que j’ai effectuée sur la cloison centrale. Je l’ai dessoudée et pliée pour lui donner une légère dépouille qui manquait pour ne pas interférer avec la caisse.

11 10 02 SV400065

 

Toutes ces modifications seront validées et améliorées par Jacques, « Maître es réservoir », avant réalisation et soudures.

 

Comme je m’étais un peu ‘planté’ sur l’estimation du positionnement de l’avant trou du tube de remplissage (on ne peut pas être bon partout …..), j’ai dû décaler le bouchon légèrement sur la gauche, sous la trappe. 

Ceci me permettra d’avoir un peu plus de place sur la droite pour poser le bouchon au moment du remplissage, sans le laisser pendre le long de la carrosserie.

Ça, c’est retourner une erreur à son avantage ….  J’aurais presque pu vous dire que je l’avais fait exprès !

A noter, qu’à l’origine, le bouchon n’était déjà pas centré dans la trappe.

11 10 04 SV400066

 

Vu de l’intérieur, voilà ce que ça donne : tube alu Ø60 à souder sur le réservoir, manchon de raccordement avec le tube acier du bouchon « Le Bosec ».

Dans le coin à droite de la photo, j’ai positionné, le plus haut possible, un petit tube Ø 10 à souder également. Il sera raccordé, avec une durit, au petit tube qui se trouve sur la goulotte de remplissage pour mise à l’atmosphère de la partie la plus haute du réservoir, quand il sera rempli à un niveau supérieur au trou de remplissage situé sur le réservoir. 

 

Pour faciliter le montage de la durit, il faudra déplacer le tube acier de 90°.

Lolo, tu peux déjà prévoir le chalumeau pour le WE du11 Novembre !!! 

11 10 04 SV400067

 

Voilà, tout est prêt pour finaliser la réalisation.

commentaires

Le réservoir, avancement du projet

Publié le 22 Septembre 2011 par claude dans Réservoir

En ce moment, beaucoup de tâches en cours et inachevées: changement de graisseur sur le boîtier de direction, restauration des compteurs, recherche de solutions pour remplacer le support de verrou de coffre avant, pose des différents porte fusibles, étude du cheminement des faisceaux électriques, recherche de quelques pièces dans les bourses d’échange, dépôt chez le chromeur des charnières de capots et des poignées de portières, liaisons des bocaux de Lockheed vers le maître cylindre …

… mais principalement la reprise de l’activité sur le projet de réservoir.

Je viens de le récupérer dans sa première phase de fabrication, c'est-à-dire entièrement réalisé, mais non soudé complètement.

Le but est de valider toute l’étude préalable faite avec la maquette par sa mise en place dans l’auto et de déterminer exactement l’emplacement où doit être soudée la goulotte de remplissage.

Il n’a pas été facile de positionner des surfaces plates sur les parois de polyester aux formes pour le moins tourmentées, mais j’ai presque terminé, aujourd’hui, en calant avec de la mousse de différentes épaisseurs.

Je pense que je vais obtenir une très belle réalisation, avec l’aide de « Maître » Jacques pour la fabrication.

Jacques est spécialiste en réservoirs en tous genres et va devenir ainsi spécialiste en réservoir de Berlinette !!!  

Encore pas mal de travail à faire avec les soudures complètes, la pose de la goulotte, et la bride de raccordement vers la pompe à essence.

La fixation finale du réservoir sera très certainement réalisée par collage, car il y a peu de possibilité de faire un bridage qui ne se voit pas.

Après pourront avoir lieu, le montage du boîtier électronique et l’étalonnage de la jauge capacitive.

 

Pour l’instant, place aux photos en cours de mise en place.

Résultat … magnifique !!

 

11 09 21 SV400059

 

 

11 09 21 SV400060

 

11 09 21 SV400061

commentaires

Le kit électronique de la JCAP

Publié le 31 Mai 2011 par claude dans Réservoir

La jauge à essence capacitive est à nouveau d’actualité.

 

Je viens de recevoir le kit électronique !

 

11 05 31 SV400020

Bon début !

 

Il n’y a plus qu’à faire le reste .................

commentaires

La jauge capacitive

Publié le 25 Novembre 2010 par claude dans Réservoir

Comme prévu, voici les détails de la réalisation de la sonde pour la jauge capacitive.

 

Tout d’abord, les deux tubes en laiton de longueur 500 mm qui, montés l’un dans l’autre, vont constituer le condensateur variable.

A chaque extrémité du tube intérieur (Ø6x4.2), une petite bague permettant de le centrer dans le tube extérieur de manière qu’il n’y ait aucun contact entre eux. Ce centrage sera renforcé par le coulage de résine entre les deux tubes dans les 5 mm laissés libre à l’extrémité des tubes.

En bout du tube extérieur (Ø9x8.1), un morceau de durit essence pour l’isoler du fond du réservoir.

Au milieu, un autre morceau pour protéger le tube au passage dans la cloison centrale du réservoir.

On remarque les 5 trous Ø3.5 percés dans le tube extérieur pour laisser entrer et sortir l’essence entre les deux tubes.

10 11 24 SV403509

 

 

Deux fils soudés aux extrémités pour relier la masse et le cadran de jauge par l’intermédiaire du boîtier électronique.

10 11 24 SV403511

 

 

La même chose protégée par une gaine thermo rétractable pour isoler les tubes du support de sonde.

10 11 24 SV403513

 

 

Les tubes en place dans le support de jauge.

Deux petits passe cloison pour la protection des fils.

10 11 24 SV403516

 

La résine (Araldite), coulée dans le support permet de tenir les tubes, de sceller les deux tubes entre eux parfaitement concentriques à l’aide de la petite bague, de maintenir les fils, et d’étancher le tout vers l’extérieur du réservoir. 

10 11 24 SV403519

 

 

La sonde de jauge terminée, prête à être reliée au boîtier électronique à réaliser.

10 11 25 SV403508

 

Il reste à faire l’étalonnage de l’ensemble de la chaîne « sonde, boîtier, cadran » directement en remplissant progressivement le réservoir définitif, à réaliser également.

 

commentaires
1 2 > >>